Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
ActusMedia | Le blog de GdX

Pour tout savoir des dernières actualités du monde des médias et du numérique en Outre-Mer.

OPT-NC : Dysfonctionnement facturation Mobilis

Publié le 21 Août 2016 par GdX dans Mobile, Problèmes

Suite à un problème informatique, nous vous informons que l’indication concernant votre report de crédit non consommé sur votre facture Mobilis du mois d’août est soit absente soit erronée.

L’OPT s’excuse pour la gêne occasionnée et met tout en œuvre pour résoudre ce dysfonctionnement.

OPT-NC

commentaires

Orange : Avec l'application "Dommage Réseaux", signaler un problème poteau ou câble !

Publié le 21 Août 2016 par GdX dans Autres

Orange : Avec l'application "Dommage Réseaux", signaler un problème poteau ou câble !

Vous constatez un dégât sur le réseau téléphonique ou sur un équipement téléphonique : câbles tombés à terre, poteaux endommagés, équipements techniques hors service ou vandalisés, cabines téléphoniques...

Avec l’application "Dommages Réseaux" sur votre mobile (Android/Windows Phone/iOS), vous pouvez maintenant signaler facilement un dommage grâce à une géo-localisation automatique du lieu, prendre une photo, préciser l’adresse exacte et compléter de manière précise la nature du dégât.

commentaires

[Communiqué] Egalité réelle : Révolution pour les Outre-Mer ou leurre de communication ?

Publié le 13 Août 2016 par GdX dans Autres

Pour la première fois, le projet de loi qui figure au menu du conseil des ministres ce mercredi 3 août porte le concept d’égalité réelle entre les outre-mer et l’hexagone qui a été imposé dans le débat public et au président de la république par le Conseil Représentatif des Français d’outre-mer (CREFOM) grâce à un lobbying mené depuis 2014 par son président Patrick Karam malgré les réticences du gouvernement face à son coût prévisible.

Le président du CREFOM tient à saluer cette ambition et relève des éléments positifs dans le texte de loi mais aussi des carences, des incertitudes et des flous qui doivent être impérativement levés sous peine de faire de cette grande ambition collective une simple opération de communication politique.

Le président du CREFOM se déclare satisfait de la déclaration liminaire qui reprend l’argumentaire qu’il avait développé à l’occasion des diners du CREFOM ainsi que l’article 1 qui fixe le cap en reprenant mot pour mot la proposition du CREFOM indiquant que dans un objectif « d’égalité réelle » « la réduction des écarts de développement entre l’outre-mer et l’hexagone est une priorité de la nation ». Cet objectif est essentiel pour remettre l’outre-mer en marche mais elle doit s’accompagner de véritables outils de développement et de moyens pour la mettre en oeuvre.

De même, le fait que les territoires d’outre-mer relevant de l’article 74 de la constitution (et pas seulement les 4 DOM historiques et Mayotte) soient également concernés par l’égalité réelle comme l’avait plaidé le président du CREFOM, considérant que la nécessité d’égalité est supérieure aux différences institutionnelles, est un autre motif de satisfaction.

En outre, conformément aux exigences du CREFOM, la définition des politiques publiques devant se traduire dans des contrats territoriaux est négociée par l’Etat avec chacune des collectivités ultramarines et pas imposée unilatéralement par l’état comme cela le fut trop souvent dans le passé. Reste à voir les moyens financiers et les outils fiscaux que l’état consentira à mettre en place pour réaliser cette grande ambition.

Enfin la durée de ces plans, une génération tout au plus demandée par le CREFOM est précisée comme devant se situer entre 10 et 20 ans.

Ces éléments sont des premiers pas positifs et le CREFOM tient à en féliciter la secrétaire d’état à l’égalité réelle, Ericka Bareigts, son ancienne vice-présidente déléguée et son président d’honneur, le député en mission sur la question, Victorin Lurel. Le président du CREFOM émet en revanche des réserves sur les écueils de ce texte qui pourraient le rendre totalement creux et inapplicable si des correctifs n’étaient pas apportés à l’occasion de la discussion parlementaire.

Ce texte ne saurait être une simple opération de communication politique et à la veille des présidentielles, une loi à visée électoraliste dont le but unique serait de peser sur les élections avec le risque qu’elle soit condamnée par la prochaine majorité issue des urnes.

Patrick Karam demande donc instamment au gouvernement de s’abstenir de toute récupération politicienne qui condamnerait ce texte. De ce point de vue, l’élimination du rôle de la société civile dans l’absence de toute mention du CREFOM et de son président dans l’exposé des motifs est un mauvais signal.

Ensuite, les dispositifs attrape-tout laissent le sentiment de vouloir masquer certaines faiblesses du texte par une profusion de thématiques, mais qui n’ont pas forcément leur place dans une loi-cadre destinée à changer durablement et radicalement la vie de nos compatriotes ultramarins et dont l’ambition est de succéder à la loi sur la départementalisation de 1946. De plus, la philosophie du texte n’est pas clairement perçue. Or après l’égalité civique liée à la fin de l’esclavage en 1848, l’égalité politique avec le passage de colonies en départements et collectivités d’outre-mer en 1946, l’égalité sociale avec l’alignement des prestations sociales en 1986, l’égalité réelle au niveau économique et social entre les outre-mer et l’hexagone reste la dernière des avancées à atteindre.

Par ailleurs, s’agissant des bases qui permettraient d’évaluer le chemin parcouru, la multiplication des critères est de nature à entretenir un flou sur leur opérationnalité. Or les articles 2 et 3 mentionnent que la réduction des écarts de développement sera mesurée par les nouveaux indicateurs de richesse en application de la loi n° 2015-411 du 13 avril 2015, c’est à dire tout un ensemble de critères qui n’ont pas réellement de valeur opérationnelle et qui peuvent être utilisés et interprétés dans le sens que l’on souhaite. Le CREFOM plaide pour un unique critère d’évaluation afin que la mesure soit opérationnel, simple et réellement incontestable. Le revenu par habitant comme critère d’évaluation semble plus pertinent pour assurer une évaluation sincère et simple et mesurer le chemin parcouru, sans pouvoir donner lieu à des manipulations.

De plus, l’évaluation dont il est prévu qu’elle puisse être réalisée par une autorité indépendante, la CNEPEOM conformément à la demande du CREFOM manque de réalité coercitive faute pour cette autorité de pouvoir rappeler à l’ordre le gouvernement en cas de retard dans les plans de développement et d’outils pour sanctionner une inertie.

Enfin, aucun dispositif n’est prévu pour rendre cette loi et ce processus inéluctable et rendre impossible un retour en arrière.

Le président du CREFOM, Patrick Karam, prendra l’attache du gouvernement dans les prochaines semaines afin d’apporter les correctifs nécessaires pour faire rentrer cette loi dans l’histoire des outre-mer, et les outre-mer dans la modernité économique.

 

LE CREFOM

commentaires

Egalité réelle : La Ministre des Outre-Mer organise une grande campagne participative

Publié le 13 Août 2016 par GdX dans Autres

Egalité réelle : La Ministre des Outre-Mer organise une grande campagne participative

Le Gouvernement a adopté au début du mois en Conseil des Ministres le projet de loi Égalité Réelle Outre-Mer. Ce projet de loi entend faire en sorte que les ultramarins puissent mobiliser leurs droits dans les mêmes conditions que celles des français de l'Hexagone.

À cette occasion, la Ministre des Outre-Mer a souhaité organiser une grande campagne participative qui se déroule actuellement, du 3 août au 9 septembre 2016 sur une plateforme dédiée : https://egalite-reelle-outre-mer.fr pour contribuer très concrètement à l’objectif partagé d’égalité réelle Outre-Mer.

commentaires

RIO 2016 : Le CRAN saisit les CSA à propos de France 2 ! [communiqué de presse]

Publié le 10 Août 2016 par GdX dans Problèmes, Service Public

RIO 2016 : Le CRAN saisit les CSA à propos de France 2 ! [communiqué de presse]

La cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques a donné lieu à un véritable festival d’erreurs, d’inepties et de propos colonialistes qui ont été tenus par Daniel Bilalian et Alexandre Boyon. Petit bêtisier non exhaustif de la géographie coloniale en vigueur sur France 2.

1) Les pays « découverts » par l’Europe

« Vous savez qu’en 1492, a déclaré l’un des présentateurs, un petit peu avant que le Brésil soit découvert par les Portugais, il y a un Espagnol, Christophe Colomb, qui a découvert l’Amérique, mais pour être tout à fait précis, il a découvert les Bahamas ».

Premièrement, le CRAN tient à rappeler que Christophe Colomb n’était pas espagnol, mais génois. Et deuxièmement, il n’a pas découvert l’Amérique, qui était déjà peuplée depuis des millénaires par quantité de peuples très nombreux. De même pour le Brésil, qui n’a pas été découvert par les Portugais.

2) Les pays qui « essaient d’exister »

Manifestement, pour les présentateurs de France 2, il y a un certain nombre de pays qui posent problème. C’est le cas des Comores, qui « essaient d’exister ». De même pour l’Azerbaïdjan, avec « Bakou, la capitale, qui met beaucoup d’argent pour exister ». Mais on sent bien que ces pays n’existent pas vraiment aux yeux de nos valeureux présentateurs.

3) Les pays qu’on a du mal à situer

Les présentateurs ont aussi évoqué les « populations d’Incas » du Brésil. Or jusqu’à preuve du contraire, les Incas n’ont jamais vécu au Brésil, mais bien plutôt dans la Cordillère des Andes.

Un peu plus tard, prenant son cas pour une généralité, l’un des présentateurs a affirmé : « C’est vrai qu’on a parfois du mal pour nous, les Européens, à faire la différence entre l’Amérique du Nord (on se dit il y a deux pays, les Etats-Unis et le Canada) et l’Amérique du Sud. Mais entre les deux, il y a l’Amérique centrale. » Le CRAN demande aux présentateurs de France 2 de ne pas insulter les téléspectateurs en supposant a priori que ceux-ci seraient aussi ignares que ceux-là.

4) Révisionnisme historique concernant l’esclavage

Lors de la présentation du troisième tableau de la cérémonie, nos braves présentateurs ont évoqué également « le trafic d’esclaves qui a été nécessaire ici pour le développement industriel […] Un esclavage qui a duré jusqu’à la fin du 18e siècle […]. Le Brésil a utilisé les services de ces esclaves africains qui venaient de l’ensemble du continent africain ». Le CRAN tient à rappeler qu’il s’agissait pour le Brésil non pas de développement industriel, mais agricole. Ensuite, cet esclavage a duré jusqu’à la fin du 19e siècle, et non pas jusqu’à la fin du 18e siècle. Enfin, les esclaves du Brésil ne venaient pas de l’ensemble du continent africain, mais principalement du Congo, de l’Angola et du Mozambique. Par ailleurs, affirmer que le trafic a été « nécessaire », et qu’on utilisait « les services » des esclaves constitue une présentation maladroite, pour ne pas dire équivoque, qui tend à minimiser, voire à justifier l’esclavage, qui fut un crime contre l’humanité, rappelons-le.

En décembre 2015, le CRAN avait saisi le CSA à propos du JT de France 2, qui omettait les départements d’Outre-mer sur les cartes électorales. En janvier 2016, le CRAN avait saisi le CSA toujours à propos du JT de France 2, pour dénoncer « trois erreurs en une minute chrono ». En effet, dans le même sujet, sur la carte déployée à l’écran, le Ghana et le Bénin avaient été confondus, puis la République démocratique du Congo (RDC) et le Congo-Brazzaville, et enfin le Gabon et la Guinée équatoriale. Dans ces deux affaires, le CSA n’avait pu que donner raison au CRAN, et la Haute Autorité avait appelé la chaîne de service public à un minimum de vigilance.

Une nouvelle fois, le CRAN se voit obligé de saisir le CSA à propos de ces erreurs, et de ces fautes, qui témoignent une fois de plus d’un mépris affiché. « C’est un mélange d’ignorance, d’ethnocentrisme et de colonialisme tout à fait inacceptable, a commenté Louis-Georges Tin. Mais Mme Ernotte refuse manifestement de prendre les mesures pour que cela change. Elle a beau faire l’éloge de la diversité, il est clair que France 2 a un problème à ce niveau, ce que nous constatons depuis des années, et c’est pourquoi nous demandons à être reçus par elle », a conclu le président du CRAN.

Louis-Georges Tin (CRAN)

commentaires

Windows 10 : Microsoft Corporation mise en demeure par la CNIL

Publié le 6 Août 2016 par GdX dans Autres

	Windows 10 : Microsoft Corporation mise en demeure par la CNIL

La CNIL a mise en demeure Microsoft Corporation de cesser la collecte excessive de données et le suivi de la navigation des utilisateurs sans leur consentement.

Suite à des investigations menées par la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL), de nombreux manquements à la loi Informatique et Libertés ont été relevés comme des données collectées non pertinentes ou excessive, un défaut de sécurité, l'absence de consentement des personnes, une absence d'information et de possibilité de s'opposer au dépôt de cookies, etc.

Si Microsoft Corporation ne se conforme pas à cette mise en demeure dans le délai imparti (3 mois), la Présidente de la CNIL pourra désigner un rapporteur qui, le cas échéant, pourra établir un rapport qui prononcera une sanction à l'égard de l'entreprise américaine.

commentaires

Manquements à la règlementation publicitaire dans l’émission "Arts & Modes" : KMT mise en demeure

Publié le 30 Juillet 2016 par GdX dans CSA-CTA

Le CSA a mis en demeure l’Association pour le développement des techniques modernes de la communication, éditrice de la chaîne KMT, à la suite de plusieurs manquements à la règlementation publicitaire relevés le 6 novembre 2015.

Au nombre de ces manquements, le Conseil a relevé la diffusion de plusieurs messages publicitaires en dehors de tout écran. Il a également constaté, au cours de l’émission Arts et Modes, des annonces de parrainage non conformes à la règlementation, ainsi que des séquences constitutives de publicité clandestine.

Le CSA a donc considéré que la chaîne avait manqué, à plusieurs reprises, aux obligations prévues par le décret du 27 mars 1992 relatif à la publicité, au parrainage et au téléachat, et l’a mise en demeure de se conformer, à l’avenir, aux dispositions des articles 9, 14 et 18 du décret précité.

CSA

commentaires

Guyane : Orange Caraïbe inaugure ses réseaux à Apatou !

Publié le 14 Juillet 2016 par GdX dans Internet, Mobile

Orange Caraïbe

Orange Caraïbe

Orange Caraïbe a inauguré des réseaux mobile (2G & 3G) et haut débit fixe à Apatou en s'associant à EDF Guyane.

commentaires

[Communiqué de presse] Orange célèbre et récompense son millième client fibre aux Antilles Guyane !

Publié le 14 Juillet 2016 par GdX dans Internet, Fibre

Orange Caraïbe

Orange Caraïbe

Et de mille ! Orange vient de fêter son 1000ème client ayant souscrit à l’offre fibre optique aux Antilles et en Guyane. Mercredi 06 juillet, Vincent Poujol, directeur Orange en Caraïbe, accompagné d’Olivier Faure, directeur des opérations d’Orange France, se sont rendus au domicile de Jean-Pierre Lambourde à Lauricisque, à Pointe à Pitre. Les deux techniciens qui avaient procédé au raccordement quelques jours auparavant étaient également présents.

M. Lambourde a ainsi pu livrer son retour d’expérience directement à la direction d’Orange: « Le wifi passe beaucoup mieux dans la maison et partout maintenant. Le débit est beaucoup plus élevé, pour la vitesse, c’est comme passer d’une 2 Cv à une Ferrari… », a-t-il rapporté.

Pour marquer cette rencontre et remercier notre 1000 ème client fibre Orange, Vincent Poujol a eu le plaisir de remettre à monsieur Lambourde un présent (une tablette) au nom d’Orange et de tous ses salariés.

Lauricisque fait partie du lot n°1 de Pointe-à-Pitre sur lequel Orange s’est engagé vis-à-vis de la Maire de Pointe à Pitre, du conseil Régional et de l’Etat à connecter l’ensemble des maisons et immeubles d’ici 2016.

Les travaux sont bien avancés et se poursuivent conformément aux engagements pris par Orange.

Pour rappel, Orange déploie sur ses fonds propres le réseau de fibre optique des villes de Basse-Terre, Pointe-à-Pitre, Petit-Bourg, Fort-de-France, Schœlcher, Cayenne et Rémire-Montjoly. La commercialisation des offres a déjà démarré pour les villes de Basse-Terre, Pointe-à-Pitre, Fort-de-France et Cayenne.

commentaires

S'il est retenu, Free Mobile pourrait proposer les mêmes tarifs qu'en Hexagone !

Publié le 13 Juillet 2016 par GdX dans Mobile

S'il est retenu, Free Mobile pourrait proposer les mêmes tarifs qu'en Hexagone !

Devant les parlementaires de la commission des affaires économiques, Maxime Lombardini, Directeur Général du Groupe Illiad a annoncé que Free Mobile pourrait proposer les tarifs Métropole que l'on soit aux Antilles ou à La Réunion. Pour information, Free Mobile propose en Hexagone deux type de forfaits, un à 2€/mois et un autre à 19.90€/mois.

Mais ne nous emballons pas trop vite, car c'est en automne que l'on connaîtra officiellement le ou les noms du 4ème opérateur mobile par territoire (Guadeloupe/Martinique, St-Barth/St-Martin, Guyane, Réunion & Mayotte).

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 400 > >>